L'ALGUE D'OR vous accueille !

Bonjour chers amis lecteurs !

Le PRIX 2022 est attribué à

BEL ABÎME 

de Yamen MANAITunisie (Editions Elyzad).

Merci encore pour vos nombreux coups de coeur. Ils ont tous aidé notre Jury à effectuer le choix !

Comme prévu, c’est devant la librairie L’Encre marine de Saint-Briac-sur-mer, partenaire du projet depuis les origines de celui-ci, que l’auteur a officiellement reçu le Prix, le samedi 16 juillet.

Plus de cinquante spectateurs étaient présents. En lui remettant le célèbre trophée conçu et réalisé par la sculptrice briacine Sandrine GERME, le président de notre Jury a chaleureusement félicité Yamen MANAI et rendu hommage à la maison d’édition Elyzad "qui produit de plus en plus de bons ouvrages, honorant ainsi la francophonie depuis l’Afrique du Nord ".  

Yamen MANAI a dit combien il était sensible à la réception d’un prix qu’il connaissait de longue date et appréciait fortement. Il a ensuite évoqué les conditions dans lesquelles il avait écrit son livre. Il a souligné les rapports entre ce récit et les faits réels qui l’ont inspiré, mettant en lumière à la fois la réalité culturelle et la situation politique et sociale de son pays.  

Rapidement, un échange s’est instauré avec le public.  Plusieurs intervenants ont dit l’émotion qu’ils avaient ressentie à la lecture du roman couronné. D’autres ont voulu en savoir plus sur la condition des jeunes Tunisiens et la relation de Yamen MANAI avec les animaux au cœur de plusieurs de ses ouvrages, tels que BEL ABÎME et, précédemment, L'AMAS ARDENT - qui figurait en bonne place dans la sélection pour notre Prix 2018.

Un long moment de dédicaces et le verre de l’amitié ont conclu la manifestation.   

Traduisant un sentiment certainement général, une des spectatrices nous a fait parvenir par courriel le commentaire suivant : Ce fut un plaisir ! Yamen MANAI est riche de talents, sa relation au monde est remarquable, c'est une belle personne. Dans nos sociétés de violence et de haine, cette rencontre est un précieux cadeau et donne un brin d'espérance en l'humanité. " 

 

Au début de la séance, les autres titres de la sélection recevant un accessit, en raison de l’écho du public, ont été mentionnés : 

L’ÉTÉ SANS RETOUR du Belge, d’origine italienne, Guiseppe SANTOLIQUIDO(Gallimard),

LE SILENCE DES HORIZONS du Mauritanien BEYROUK (Elyzad) 

et SÉMI de la Canado-Japonaise Aki SHIMAZAKI (Actes Sud). 

Pour mémoire : nos commentaires sur tous ces livres sont toujours consultables dans le sommaire de ce site 

RAPPEL DE NOTRE COMMENTAIRE DU ROMAN GAGNANT

BEL ABÎME de Yamen MANAI, Tunisie (Elyzad, 112 pages)  

À Tunis, le narrateur, un adolescent d'un milieu aisé, attend en prison d'être jugé pour des attentats d'une violence inouïe sur de nombreuses personnes haut placées et même sur un membre de sa famille.  Pourtant ce n'est ni un fanatique religieux ni un terroriste politique. Il avait jusqu'alors été un écolier timide et studieux, objet de brimades et dont le réconfort était de se plonger dans son unique trésor : les livres dont il parle magnifiquement. Il se confie à celui que l’on comprend être son avocat et dont il n'attend aucune compréhension. C'est seulement pour lui une occasion de crier sa haine et son désespoir. A travers l'infinie solitude intérieure d'un enfant privé de tout amour familial, souffre-douleur d'un père et d'un frère qui n'ont que mépris pour sa délicatesse d'esprit et de corps, l'auteur évoque la détresse morale de jeunes à qui la société qui ne laisse guère espérer d’avenir, coincés comme ils le sont entre un gouvernement corrompu, une religion sclérosante et un tissu familial gangrené par l'hypocrisie des convenances.  

À la lecture de l’histoire, on comprend bien que si notre jeune protagoniste n'avait pas rencontré la chienne Bella, il n'aurait certainement pas commis les coups et blessures qui lui ont valu l'emprisonnement. Il n'aurait pas non plus connu l'amour absolu, la confiance, le don de soi. Lorsque tout cela lui est tragiquement arraché, il s'emploie à venger le sort funeste de cette Bella et de ses semblables, voués à l’extermination. S’il s’en prend à plusieurs cibles humaines, c’est parce que chacune de celles-ci croit se justifier en prétendant avoir simplement obéi à des ordres venus de plus haut. Il lui faut donc remonter jusqu’à l'origine d'une décision aussi cruelle qu'absurde.  

On ressent la douleur et la révolte du protagoniste. On saisit que Yamen Mania a fait de ce drame individuel, poignant, axé sur la défense de vivants méprisés, une allégorie. Comme dans son autre puissant roman L’Amat ardent, signalé dans une de nos précédentes sélections, l'écrivain philosophe lance un vibrant plaidoyer contre les sociétés en proie à des totalitarismes de diverses natures où sont systématiquement entravés les sentiments naturels des humains et dangereusement ignorées les aspirations légitimes de la jeunesse.  

 

 

À bientôt !

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...

Catherine Joly | Réponse 31.05.2022 19:47

Je vote pour Em de Kim Thuy !

L'ALGUE D'OR 31.05.2022 20:46

Merci pour votre coup de coeur qui est bien enregistré !

Pascale RAULIN-SERRIER | Réponse 28.05.2022 07:56

Bonjour, ma préférence va à la Dame d'Alexandrie, je vote pour elle ! Une belle rencontre intrigante dans ce lieu si paisible. Merci pour cette sélection

L'ALGUE D'OR 28.05.2022 16:05

Merci pour votre coup de coeur qui est bien enregistré !

Pascale Raulin Serrier | Réponse 12.06.2021 14:52

Je vote pour du Miel sous les galettes !

L'ALGUE D'OR 12.06.2021 15:28

Merci pour votre commentaire qui est bien enregistré

Cécile Héber-Suffrin | Réponse 06.06.2021 11:36

Sans hésiter, "Du Miel sous les galettes" de Roukiata Ouédraogo dont les lignes m'ont retransportée pour quelques heures au Burkina Faso

Valéry LAMOURE | Réponse 05.06.2021 09:25

Coup de coeur pour "la chute de la maison White"
Un polar comme on les aime!

L'ALGUE D'OR 05.06.2021 12:09

Merci pour votre commentaire qui est bien enregistré

José LaMarre | Réponse 01.06.2021 03:11

Je vote pour SUZURAN d’Aki SHIMAZAKI.
Pour d'une écriture qui donne toute la place aux personnages, leurs secrets, leurs sentiments. José LaMarre, Québec

Voir tous les commentaires

Commentaires

31.05 | 20:46

Merci pour votre coup de coeur qui est bien enregistré !

...
31.05 | 19:47

Je vote pour Em de Kim Thuy !

...
28.05 | 16:05

Merci pour votre coup de coeur qui est bien enregistré !

...
28.05 | 07:56

Bonjour, ma préférence va à la Dame d'Alexandrie, je vote pour elle ! Une belle rencontre intrigante dans ce lieu si paisible. Merci pour cette sélection

...
Vous aimez cette page